9 février 2018

Et le jour se lève enfin ...

Il y a 10 ans (!!!) je signais mon dernier CDI ... il y a 8 ans je quittais mon boulot de rêve pour revenir dans mon sud ; depuis j'ai l'impression qu'une vie est passée.

Une vie pas triste, mais une vie bien galère dans l'ensemble.
Beaucoup de déceptions, de fausses joies, de colères, d'incompréhension, de remises en question, de peur, de sauts dans le vide ... ah c'est certain, ça n'a pas été triste mais bordel qu'est-ce que ça a été épuisant moralement, émotionnellement et physiquement.

Mardi était le 1er jour de mon nouveau CDI et au milieu de cette joie extrême (parce que eux, parce que cette boîte, ses valeurs, son éthique, leur folie, cette facilité à travailler ensemble depuis bientôt 3 ans, cette confiance mutuelle et quasi immuable) se mêlent aussi toutes ces marques laissées par ces 8 dernières années "compliquées". 
Le rouleau compresseur a bien fait son oeuvre et je ne me doutais pas du point auquel il avait bien bossé ! Parce que malgré tout ce bonheur (depuis que je sais) j'ai été pétrie de doutes et de peurs irraisonnées ... je ne comprenais pas trop pourquoi, jusqu'à ce que je mette le doigt dessus : toutes ces années et toutes ces baffes ça ne laisse pas indemne même si on se relève à chaque fois, qu'on essaie de garder la tête haute et le sourire en toutes circonstances.
On ne s'en sort jamais indemne parce que ces périodes difficiles effectuent un travail de fond sur nous : sentiment d'inutilité, remise en cause totale et absolue de ses compétences (aka "je ne suis qu'une merde, bonsoir"), ... et puis cette putain de pression sociale !


Aaaaah la pression sociale ... entre les bienveillants "alors t'en es où ?" ; "alors cet entretien ?" à qui tu as l'impression de répéter à chaque fois la même chose mois après mois, années après années (le couteau dans la plaie x10000) et les conseilleurs-non-payeurs "mais pourquoi tu postules pas chez Mammouth, ils recrutent !" auxquels tu as envie de répondre "parce qu'avec mon Master j'avais d'autres ambitions dans la vie" ... mais tu la fermes (parce que oui il faut payer les factures) tu cales ton plus joli sourire, tu acquiesces et tu dis "merci pour l'info" et tu ronges ton frein pour pas défoncer un mur ... souviens-toi (je l'avais supprimé le lendemain mais en fait OSEF et quoi qu'il en soit je suis, bien évidemment, black-listée chez eux ... ah bah fallait pas ouvrir sa gueule hein).

Ces 3 dernières années en tant qu'auto-entrepreneur m'ont aidées petit à petit à reconstruire ma propre estime. J'ai eu une chance inouïe d'avoir des clients aussi bienveillants ! C'est grâce à eux, à leurs retours positifs sur mon travail, à leur soutien indéfectible, à leur reconnaissance que je me suis remise en piste et que cette fois j'avais la tête haute parce que j'étais fière de moi !
Alors non, ce statut n'est pas une sinécure mais l'avantage qu'il a quand on traverse le désert de Gobi c'est que tout ce que l'on accompli on ne le doit qu'à soi-même, à son travail et jeter de temps en temps un oeil en arrière pour mieux se rendre compte de ce que l'on a fait avec ses p'tits bras : c'est priceless et ça te rebooste comme c'est pas permis !


Et puis il y a eu aussi quelques lectures qui font prendre du recul sur toutes ces années pour arriver à ce cheminement : si je n'avais pas été poussée dans mes retranchements, si je n'avais pas lutté pour m'en sortir, si je n'avais pas sauté dans le vide pour me lancer à mon compte, ... et bien je crois bien que je n'en serai pas là. Et par "LÀ" j'entends : à ma place. 

Alors, quelque part (même si, bon quand même, faut pas pousser), merci les connards !


Et merci Internet pour cet exutoire. Tu comprends sans doute mieux pourquoi j'avais besoin de hurler ma joie en story (et partout ailleurs aussi) et de rédiger cet article sur un coup de tête avant d'aller me coucher pour vider un peu tout cet amas d'émotions diverses et variées (ça fait du bien !) (je l'avoue, j'ai versé quelques larmes en l'écrivant) (oui, je suis une grande sensible).


Et puis MERCI à eux deux ! C'est étrange mais j'ai beaucoup de mal à leur dire un peu tout ça et surtout que je ne les remercierai jamais assez, la pudeur sans doute. 
C'est quand même fou ce qu'on peut balancer sur le net comme ça et être incapable de s'ouvrir un peu face à ceux auxquels on tient ... #réflexionde2hdumat



Pour finir, je vais reprendre le doux message que m'avait laissé Elke il y a quelques années "[...] tu y arriveras et ce jour là, tu pourras crier haut et fort ta victoire sur leur bassesse !!!" :


PUTAIN C'EST AUJOURD'HUI LES GARS !


BOUUUUUUUUUUM !



Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. Well Done meuf!! On se connait peu mais je sais déjà ce que tu vaux et c'est facilement perceptible, d'autres sont passés à côté... <3

    RépondreSupprimer
  2. Génial ! Bon, moi j'en suis encore qu'à la phase merdique et j'essaie de sortir la tête de l'eau pour changer mon fusil d'épaule et me mettre à mon compte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu très peur de me lancer en AE (j'ai tergiversé pendant des mois) pour finir par me dire "et au pire quoi ? De toute façon ça peut difficilement être pire" et le résultat ... il a mis du temps à arriver mais comme je le dis ça m'a tout d'abord aidé à me reconstruire petit à petit (et c'est non négligeable).
      Je t'envoie plein de courage et de force, la roue tourne (bon, des fois elle est grippée et elle galère un peu, mais elle finit par tourner !).
      Bises

      Supprimer
  3. Bravo bravoooo
    C'est parce que tu le vaux Si bien tout ça !!!

    RépondreSupprimer
  4. BIIIIMMMM !!!
    BOOOOUUUUMMM !!!!
    (J'ai rien à dire car tu sais mais je ne pouvais pas ne rien écrire pour ce merveilleux article) <3

    RépondreSupprimer
  5. Je ne peux que te féliciter pour ce travail qui a l'air de te rendre très heureuse. C'est vrai que les expériences et parcours difficiles fragilisent la confiance en soi et c'est un beau chemin que tu as parcouru. Bravo et plein de bonheur pour ce travail.

    RépondreSupprimer
  6. <3 je n'avais pas vu passer cet article, waouh il m'a séché sur place, on ressent entre tes mots... Well done, be proud <3

    RépondreSupprimer